JEAN JOSEPH de LABORDE
(1724-1794)

 

Laborde Né à Jaca ( Espagne) d'une famille française originaire du Béarn,  Jean Joseph de Laborde fut l'un des financiers les plus célèbres de la fin du XVIII eme siècle.
A l'âge de 10 ans, il commence à travailler comme commis chez son oncle négociant à Bayonne "lever à 5 heures, coucher à minuit". Il manifeste très rapidement de fortes dispositions pour le grand commerce. A 20 ans il devient associé; à 22 ans suite au décès de son oncle, il dirige seul la maison de commerce qu'il fait prospérer de façon prodigieuse.
Ses affaires connaissent un tel succès que bientôt il peut prêter massivement de l'argent à l'administration royale.
Sa fortune se bâtit sur : le commerce des Piastres, les affaires avec la Compagnie des Indes, le commerce des métaux précieux, la canne à sucre.

Il entre dans les affaires royales par un coup d'éclat. En 1758, Louis XV, ruiné par la guerre de sept ans, sollicite auprès du Roi d'Espagne un prêt de 30 millions de livres. Sa demande est refusée. Mais les liens que Laborde avait établit en Espagne étaient connus du Roi qui lui ordonna de se rendre à Madrid pour sortir de cette impasse. En très peu de temps Laborde obtint cette réponse"Nous ne prêtons rien à Sa Majesté Très Chrétienne, mais je consens à prêter, à vous personnellement, dix millions."

En 1759, Choiseul, ami de Laborde devient ministre des affaires étrangères. Laborde s'installe à Paris car il prend les fonctions de "Chargé du service de la guerre" et du "Service des finances de la politique" puis banquier de la cour. Contre son gré il devient même fermier général.

En 1760, il a alors 36 ans, il se marie avec Rosalie Claire Joséph Nettine de 13 ans sa cadette. Ils auront sept enfants.

En 1764, au fait de sa puissance il achète le domaine de La Ferté-Vidame. En trois ans il fit construire l'un des plus beaux palais de son époque et pendant quinze ans il continue d'agrandir son domaine, de le paysager, de l'exploiter rationnellement et de le clôturer.

En 1769, suite à la disgrâce de Choiseul, il perd toutes ses fonctions. Il se reconvertit dans l'immobilier car Paris connaît, alors, une expansion formidable. Il accentue aussi sa présence à Saint-Domingue où il possédera d'importantes plantations de canne à sucre.

En 1772, il sauve Choiseul de la faillite en lui achetant son hôtel particulier pour le lui louer aussitôt, une sorte de cession bail.

En 1781, il reçoit dans son château de la Ferté-Vidame, Joseph II, frère de Marie Antoinette, futur Empereur d'Autriche.

En 1784, Louis XVI  achète le domaine de Rambouillet au duc de Penthièvre, Ce dernier demande en compensation le domaine de La Ferté-Vidame. Laborde doit vendre pour obéir au Roi. Pour le consoler Louis XVI le nomme Marquis. Laborde qui a, alors, soixante ans achète le domaine de Méréville, près d'Étampes, il entreprend à nouveau la restauration du château et la création d'un parc à l'anglaise. Même la révolution n'arrête pas son enthousiasme puisque des travaux importants sont entrepris après 1792.

En 1794, Laborde qui préparait peut être son émigration fit plusieurs voyages à l'étranger. Il y transféra des fonds. Dénoncé, il fut accusé d'avoir transféré une richesse nationale à Londres. Il fut guillotiné le 18 avril, soit trois mois avant la fin de la terreur.